image

Image courtesy of Kukje Gallery 

By Yamina Benai
Lorsqu’en 1970 Ernst Beyeler, Balz Hilt, Trudi Bruckner, galeristes à Bâle, décident de s’unir pour poser les jalons d’une foire d’art internationale, pouvaient-ils imaginer l’ampleur qu’au fil des années Art Basel allait revêtir pour se situer, aujourd’hui, en pole position des foires internationales d’art moderne et contemporain ? Façonnant de manière pérenne le monde de l’art et son marché. Déjà, la première édition affichait des chiffres enviables : trente galeries issues de dix pays attiraient 16 000 visiteurs. Cinq ans après, Art Basel atteignait sa vitesse de croisière en accueillant quelque 300 exposants, soit l’équivalent de la moyenne actuelle. Au fil des éditions, sa structure s’élargit et s’enrichit pour faire état de la scène contemporaine et de l’évolution des médiums. Dès 1974, la section New Trends (plus tard rebaptisée Perspective) explore la scène des jeunes artistes. Ainsi, en 1989, à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de la photographie, une quinzaine de galeries spécialisées participent à la foire, la conduisant à devenir l’un des lieux les plus importants de rassemblement et transactions de ce médium...